Publications

 

2014 Liên de Mê Linh, éditions Esperluète

 

2008 Terre noire, Lettres des Comores, récit, éditions Metropolis, Genève

 

  1. 5, rue Saint-Benoît, 3ème étage gauche, Marguerite Duras, récit, éditions Métropolis, Genève

 

2005 Foudrol, roman, Esperluète éditions

 

2005 Le crime d’être roms, essai, éditions Golias, Villeurbanne

 

2003 Gesualdo, roman, éditions Benoît Jacob, Paris (réédition)

 

2000 Retour sur un lieu que je n'ai jamais quitté, (récit d’une déportation) avec Tobias Schiff, éditions Benoît Jacob, Paris (réédition)

 

 

Productions discographiques

 

2001 Le cinéma de L'Amant, (Lecture de son roman par Marguerite Duras) coréalisé avec Marie Clément, coffret de 2 CD, aux éditions Benoît Jacob Audio,

Grand Prix de l'Académie Charles Cros de la Parole enregistrée

 

Marguerite Duras et la parole des autres, coffret de 2 CD, Frémeaux/INA

 

Le négationnisme, coffret de 2 CD, Frémeaux/Radio France

 

2000 Crimes contre l'humanité, coffret de 2 CD, Frémeaux, INA,

Grand Prix de l'Académie Charles Cros de la parole enregistrée

 

1997 Marguerite Duras, le ravissement de la parole, coffret de 4 CD (5 h) accompagné de 40 pages de textes et photos, pour l'INA- Radio France dans la collection Les Grandes Heures

Grand Prix de l'Académie Charles Cros de la parole enregistré

 

Réalisations cinématographiques et vidéographiques

 

2014 Liên de Mê Linh ou guerres et crimes de guerre, 72 minutes

 

1997 Autour de Robert Antelme, en coréalisation avec Jean Mascolo (documentaire) Béta SP, 17 min. diffusion Arte, "Métropolis"

 

1996 Du Sitar à la Guitare, (documentaire sur la musique tsigane) HDTV, 52 min, Prod. Eva 1 communication, Paris, diffusion la Cinquième, la RTBF, TV 5, la BRTN

 

1993 Autour de Robert Antelme, l'Espèce humaine, (documentaire basé sur les témoignages de Georges Beauchamp, Marguerite Duras, Dionys Mascolo, François Mitterrand, Edgar Morin, Maurice Nadeau, Claude Roy) coréalisé et coproduit avec Jean Mascolo, Béta SP, 1 heure, diffusion Télé 21(Bruxelles) et TV 5

 

1992 L'Esprit d'Insoumission, autour du groupe de la rue Saint-Benoît, (documentaire) coréalisé et coproduit avec Jean Mascolo, Béta SP, 5 heures, diffusion Vidéothèque de Paris (sur DVD depuis 2002, chez Benoît Jacob Vidéo) Edition DVD, chez Benoît Jacob Vidéo en 2002

 

1989 Monsieur S., Madame V. (témoignages sur les déportations) coréalisé avec Violaine de Villers, 16 mm couleur, 52 min, production Saga Film, CBA, La SEPT et RTBF, diffusion RTBF, TV 5, FR 3

- Mention spéciale du jury du Festival Média 10/10 de Namur, novembre 1990

- Mention spéciale du Jury du Festival de Strasbourg, mars 1990

- Diplôme des Rencontres Internationales du cinéma Amascultura de Lisbonne

 

1984 Les Enfants, (fiction) coréalisé avec Marguerite Duras et Jean Mascolo, 35 mm couleur, 84 min, production Berthemont, Paris, diffusion en salles et RTBF, FR 3, TV 5,

- Prix de l'Association Internationale du Cinéma d'art et d'essai et Mention spéciale du Jury du Festival International du Film de Berlin, 1985

Aujourd’hui en DVD, chez Benoît Jacob vidéo

 

 

 

 

Jacob Rozenfeld faisait lui aussi partie de la liste de Ge Foudrol. Il avait dix-neuf ans. Il portait l'uniforme ennemi. Comme il parlait français, des brancardiers l'avaient ramassé dans un vallon gorgé d’eau par une nuit d’orage. Ils ont pensé un moment le laisser là. Bon à crever. Mais. Il avait murmuré Je ne voulais pas. Si vous ne pouvez pas me porter secours, achevez-moi. Il pleuvait depuis trois jours sans accalmie. Comme il pleuvait des obus. Par milliers. L’éclat d’une bombe lui avait déchiré le dos et arraché la moitié d'un bras. Georges Parment l'a pris en charge avec les moyens du bord. Pas grand-chose. Comme pour les autres. Il a partagé de l'alcool avec le blessé. Sans espoir. Pour Georges Parment, cette période était faite d'automatismes et de résignations, tant la fatigue, l'abrutissement, accablaient en permanence ceux qui avaient pour mission de soigner ceux qui allaient se faire trouer la peau. Pour rien T'avances, t'es mort, foutue merde de guerre, avait lâché un autre blessé, tu recules et t'es mort aussi, par ceux de ton camp. Ton délit ? couardise, manquement au devoir, ils disent. De sa main valide, le blessé Jacob saisit la main soignante de Georges Parment. La main de Jacob a la consistance d'un torchon, mais d'une douceur irréelle, en comparaison, les seins d’une femme ou la peau d'un nourrisson sont écailles de poissons. Une telle main pourtant a porté un fusil, elle s'en repent. Le fusil a tué lorsque le doigt a pressé sur la gâchette. Le doigt obéissant à l'ordre émis par le cerveau. Un cerveau dressé, endoctriné. La main renonce au souvenir. Soudain, elle voit. La main du blessé Jacob parle du vol incohérent, contre-nature, des oiseaux à ras de la terre et des mers. La main décrit des castors creusant des galeries jusqu'au centre de la terre en se bouchant les oreilles. Pour ne plus entendre les lamentations des mères et des femmes errantes sur les terres crevassées, les terres mises à mal par le déluge du feu allumé par des guerriers. La main continue de parler Les animaux domestiques retournent à la sauvagerie des origines. Les étoiles se rassemblent devant le soleil et créent une nuit éternelle. Les arbres fruitiers au cœur de l'été dépérissent, le miel se transforme en poison, le lait prend le goût de la poudre. Le vin n'enivre plus, qui en boit, perd le sommeil et la parole. Les sexes des hommes et des femmes ne s'unissent plus par crainte d’engendrer des monstres. Les écrits se retirent des livres et rejoignent les sources pour les contaminer des crimes des hommes. Au milieu des déserts arides fleurissent des vignes en abondance, pousse un blé dans une opulence rarement constatée et jaillissent des eaux salvatrices. Le soleil se lève à l'Ouest, les neiges éternelles se changent en lave et les gouttes de pluie remontent vers les nuages. Le feu refroidit et les neiges réchauffent ce qu'ils effleurent. Les fleuves emportent leurs rives et les océans engloutissent les bateaux. Les terres se fissurent, les continents se déchirent. Le chemin courbe est plus efficace que le droit. Le serpent ne porte plus de venin, ni le scorpion. Le lion craint la fourmi. Les filets des pêcheurs se défont au contact de l’eau. Les armes se retournent contre ceux qui les manipulent. La sœur et le frère se maudissent après avoir copulé. L’aigle ne peut plus fixer le soleil. L'or, l'argent, les diamants se transforment en poussières de sable. Les forêts se métamorphosent en cendres stériles. Les ailes des moulins font tourner les vents. Les chemins ne mènent plus nulle part. La main du blessé Jacob parle et pleure et maudit. La main récite Rilke, Hölderlin, Jean-Paul. La main chante Bach, Beethoven, Schubert. La main du blessé Jacob écrit Fumée, l'intelligence comme le pouvoir, la richesse comme le plaisir, l'instant, le passé comme le futur. Tout recommence et recommencera. La main du blessé Jacob dit le temps de la naissance et le temps du décès. Fumée et utopie, la rêverie face à la malfaisance tapie dans le cœur des humains. Et fumée l'argent et la possession. Fumée la victoire et les lauriers. Et fumée l'idée de Dieu et l'idée de nation souvent associées. Fumée les royaumes et les empires, les palais et les basiliques. Et fumée l'enfantement. La main sortie de l'adolescence écrit Le meneur de guerre comme celui qui s’en éloigne sont pareillement des hommes. Fumée la justice et la prière. Et fumée l'espérance et la désespérance, la gloire et l'autorité. Fumée les regrets et les projets. Fumée la musique. La main du blessé explore un songe tapi au-delà de sa conscience, enfermé dans la matrice de la connaissance. Un monde inconnu s’épanouit comme une chrysalide devant elle. La main de Jacob l’accueille, s’y engloutit, ne maîtrisant plus ce qu'elle dit, fait et pense. Ou est-ce la main soignante qui s'étiole sous les oppressions ? La main du blessé Jacob se consume comme braise, évoque Quôhélet, roi sans avenir à Jérusalem, se souvient d’Absalon-le-pourchassé. En cet instant, Georges Parment pose un baiser sur la main du blessé et croit entendre Si vous le pouvez, docteur, même si je n'ai pratiquement aucune chance de revoir le soleil, tentez l'aventure, oui, le soleil, même amoché comme je le suis, je ne refuserai pas de le questionner. De même, la lune et les constellations. Mais vous ne pouvez plus rien. Vous prendrez le relais et vous serez témoin. Ce que j'ai écrit, soupire Jacob, je vous le confie. Vous en avez la charge jusqu'au jour où ma mère le lira. Vous et moi, nous avons un bien étrange métier, la vie. La mienne me quitte, la vôtre sera questionnements. L’ennemi Jacob fixe un point invisible, le vert de ses yeux s’inonde de sang. Il implore Ne me laissez pas, qu'on en finisse. Georges Parment le fait. Sans hésitation. La main blessée s’immobilise. S’alourdit. Devient écorce.

 

Extrait de FOUDROL Esperluète éditions

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Liên de mê Linh ou Guerres et crimes de guerres

Mardi 13 mai / Auditoire Studio 13/ à 1348 Louvain-la-Neuve - Belgique - place Agora / entrée libre / en collaboration avec La Maison de l'Histoire

Vendredi 16 mai Film et livre présentés à Vitry-sur-Seine

Samedi 31 mai à 21h Film et livre présentés aux RENCONTRES de DURAS en Lot-et-Garonne

 

La soirée débutera pas la projection du documentaireGuerres et crimes de guerre et se poursuivra par une rencontre-débat avec l’auteur et réalisateur Jean Marc Turine.

Un homme s’adresse à une petite fille de Mê Linh, une ville du nord du Viêt Nam. Il l’a rencontrée chez elle. Elle s’appelle Liên et le temps n’est rien pour elle. Elle vit une existence saccagée. Son père contaminé par l’Agent Orange pendant la guerre américaine lui a transmis la maladie.
Jean Marc Turine a rencontré ces familles victimes de la dioxine et témoigne tant dans le film que dans le livre de leur vie et de l’ampleur de la problématique.
La force de son travail, depuis ses premiers textes, réside dans son souci de donner la parole aux sans-voix, aux opprimés, aux victimes et de se dresser, sans relâche, contre la guerre et l’exclusion.

 

 La  guerre  menée  par  les  Américains  contre  le  Viet Nam  entre  1961 et 1975 n’a  pas  seulement

 provoqué  la  mort  de 4  à 5  millions  de  personnes,  cette guerre  continue  son  travail  de  destruction

 à  cause  de  la  dioxine    (agent orange,  fabriqué  par  Monsanto)  épandue  par  les  troupes  US  pour

 détruire les  forêts, les cultures  et  les  populations.

    Des milliers d’enfants monstrueux ou handicapés naissent chaque année et personne ne peut dire quand

cessera la contamination d’une population innocente.

    Les  Etats-Unis  sont responsables  de  crimes  de  guerre  et  de  crimes  contre l’humanité  car  

la  dioxine  modifie  génétiquement  l'être  humain,  celui-ci peut  transmettre  sur  des  générations,  

des  dégénérescences.  De  plus  la dioxine  ne  se  résorbe  pas  dans  la  nature,  elle  continue  

de  s'infiltrer  dans les  terres,  les eaux.

 

  En  parallèle  aux  témoignages,  Jean-Marc Turine  lit  une  lettre q u’il  destine à  une  jeune  fille  victime  innocente  de  la  dioxine,  Liên.

80mn

 

Liên de Mê Linh a fait aussi l'objet de plusieurs émissions sur France culture et d'un livre qui vient d'être publié aux éditions Esperluète.

Mêlant histoire objective (dates chiffres ..) et indignation subjective, ce très beau texte, en dessinant

le portrait de cette jeune femme, dit aussi l'horreur de ce conflit, lors duquel des armes non conventionnelles

ont été utilisées par les troupes US. malgré un appel pressant de 5000 scientifiques américains en 1964 qui

annonçait la catastrophe.

 

 

Mr S et Mme V-Fiche Technique-1.odt
Éditeur Open Office 10.8 KB

De Haut en bas : Monsieur S. , Madame V. (film réalisé par Violaine de Villers et Jean-Marc Turine) et Jean-Marc Turine et Tobias Schiff pendant l'écriture de Retour sur un lieu que je n'ai jamais quitté.

Jean-Marc TURINE 

5 rue Saint Benoît, 3ème étage gauche

Editions Métropolis.

"Par ces pages, je ne propose pas un journal, je tente plus simplement de raconter une histoire d'amitié : celle qui m'a lié à Marguerite Duras, à son fils, Jean Mascolo, et au père de celui-ci, Dionys Mascolo. J'ai, oui, fréquenté les trois membres de cette famille et je me sers de notes prises tout au long des années passées en leur compagnie pour relater ces amitiés. (...) je ne détiens aucune vérité historique, j'offre un regard rétrospectif empreint de subjectivité qui éclaire peut être la personnalité d'une romancière-cinéaste marquante de son époque. D'entrée, une précision (...) pendant les vingt cinq années que s'est prolongée notre relation, j'ai fréquemment dissocié Marguerite, fidèle amie, de la Duras, publique, monda ine parfois..." JM Turine

 

 

Jean Marc Turine (Auteur)


Jean Marc Turine vit et travaille à Bruxelles. Il est romancier, cinéaste, essayiste et a été aussi enseignant. Il a attendu dix ans après la mort de Marguerite Duras pour publier ses souvenirs.

Jean-Marc Turine a travaillé comme producteur à France Culture pendant 10 ans. En 1997 il a réalisé un coffret 4CD. intitulé Marguerite Duras, Le ravissement de la parole dans la collection Les Grandes heures, INA/Radio France. Ce coffret a obtenu le Grand prix de l'Académie Charles Cros de la Parole enregistrée.

En 1984, il a co-réalisé avec Marguerite Duras et Jean Mascolo, le film Les Enfants (Grand Prix de l'Association du cinéma d'art et d'essai au festival de Berlin, 1985).

Avec Jean Mascolo, il a aussi produit et réalisé plusieurs films documentaires en 1991, l'Esprit d'insoumission, Autour de Robert Antelme, l'espèce humaine.

Pour les éditions Frémeaux, il a réalisé un coffret de deux CD., Crimes contre l'humanité (Grand prix 2000 de l'Académie Charles Cros de la Parole enregistrée et de la création radiophonique) et un autre coffret CD., Le Négationnisme ou l'abus d'oubli, en collaboration avec Valérie Igoumet et préfacé par Simone Veil.

Parmi bien d'autres émissions sur les déportations politiques et raciales sous les nazis, émissions sur la situation des Roms en Europe et émissions aux Comores, ainsi que les heures sur le groupe de la rue Sain-Benoît avec Jean Mascolo. Il a produit des émissions pour la RTBF avec une dernière émission sur les conséquences de la dioxine sur les populations Vietnamiennes. Guerres et crimes de guerre, émission diffusée en janvier 2010. Enfin je viens de terminer un feuilleton de 5 épisodes pour France Culture La Théo des fleuves. (diffusion prochaine)

 

Bibliographie :

Retour sur un lieu que je n'ai jamais quitté  Tobias Schiff 

e.BenoîtJacob 2000 12€

Gesualdo  

ed. Benoît Jacob  2003  13€  préface de Sylvie Germain

Foudrol

ed. Esperluètes 2005 19,50 €

Le crime d'être Roms. Notes au présent,

essai, éditions Golias 2005

5, rue Saint Benoît 3è étage gauche Marguerite Duras

éditions Métropolis 2006 28

Terre Noires Lettres des Comores

editions Metropolis 2008  19,50€

 

 

 Emissions FRANCE CULTURE


Diffusion le 9 janvier 2013 à 23 heures

Liên de Mê Linh de Jean Marc Turine réalisation Jean-Matthieu Zanhd

 

Il s'agit d'une lettre adressée à une jeune fille vietnamienne de 17 ans, Liên, rencontrée chez elle, à Mê Linh, en 2009, lors de la réalisation d'une émission radiophonique Guerres et crimes de guerre. Liên est une victime de l'agent orange (dioxine) épandue par les armées américaines durant leur guerre au Viet Nam entre 1961 et 1975. Elle est paralysée des quatre membres, elle ne parle pas. Son handicap mental est également très lourd. Dans cette lettre, j'évoque d'autres victimes rencontrées durant ce même séjour au Viet Nam. En effet, 37 ans après la guerre, on compte encore quatre millions de victimes de l'agent orange dans le pays. Chaque année, des milliers d'enfants naissent handicapés (dont des monstres) sans que l'on puisse savoir quand cessera ce crime de guerre qui se transmet à travers les générations.   Jean Marc Turine

 



Texte de Jean-Marc TURINE        Réalisation Myron MEERSON


du lundi 29 Novembre 2010 au vendredi 3 décembre

                           de 20h30 à 20h55


 En cinq épisodes, vous êtes invité à suivre la vie d’une femme qui traverse le 20ème siècle. La femme,Théodora, est une Tsigane née en 1920 dans un pays de l’Europe de l’Est. Le feuilleton commence avec Théodora âgée, revenue sur sa terre natale après des dizaines d’années passées en Occident. C’est là qu’elle a choisi de  mourir. Et c’est là, qu’elle raconte sa vie en répondant à un jeune homme qui l’interroge. Au temps de sa jeunesse, elle a connu la pauvreté et le rejet qui frappent depuis des siècles ce peuple installé - dispersé sur la terre d’Europe. Cinquante ans plus tard, Théodora constate que la situation des Tsiganes n’a pas changé ou si peu. Le récit alterne constamment entre le présent et le passé et en ce sens il retrace les errances d’une femme qui est l’image du peuple lui-même. Nous accompagnons Théodora et les personnes qu’elle aime et qui l’ont aimée. Par ce texte, j’ai désiré rendre hommage à ce peuple méprisé, maltraité partout en Europe et dire non à ce racisme primaire et tellement répandu : l’antitsiganisme. »

Jean Marc Turine

 

Jean Marc Turine a travaillé comme producteur à France Culture de 1992 à 2002. Dans le cadre de ce travail, il a produit plusieurs heures d’émissions consacrées à la situation des Roms en France et en Europe Un pays sans Tsigane n’est pas un pays libre (2000, à Strasbourg) et Nègres blancs, les Roms sont des nègres blancs (2002, en Hongrie et dans des campements autour de Paris). Pour la RTBF, il a produit Sommes-nous du vent le jouet, du monde le rebut (2003, en Roumanie). Enfin, il a écrit un livre Le crime d’être Roms (éditions Golias, 2005).

Jean Marc Turine s’est intéressé à la situation des Roms suite à un travail avec des rescapés juifs et politiques des camps nazis. Il a coréalisé avec Violaine de Villers le film Monsieur S. et Madame V. (1987), il a produit pour France Culture La parole ou la vie (1995), Les cieux étaient nus et vides, Auschwitz Birkenau (2000), Crimes contre l’humanité, (coffret de 2 CD, Frémeaux/INA, 2000, Grand Prix de l’Académie Charles Cros de la parole enregistrée), Le négationisme, coffret de 2 CD, Frémeaux/ Radio France, 2001. Il a écrit avec Tobias Schiff Retour sur un lieu  que je n’ai jamais quitté, éditions Benoît Jacob.

Il a coréalisé le film Les enfants avec Marguerite Duras et Jean Mascolo (1984). Pour France Culture, il a produitMarguerite Duras, le ravissement de la parole (coffret de 4 CD, INA-Radio France, 1997). Il a écrit un livre 5 rue Saint Benoît, 3ème étage gauche Marguerite Duras (éditions Metropolis, 2006).

Depuis deux ans, il travaille sur les séquelles actuelles de la dioxine sur la population vietnamienne 35 ans après  la guerre américaine au Vietnam. Il a produit pour la RTBF Guerre et crimes de guerre.

 

1er Épisode.

Avec :

Emmanuelle RIVA, Nita KLEIN, Emilien GOBARD, Gregory QUIDEL, Leila NASSEUR, Martin AMIC, Cédric WEBER, Juliette JUNOT, Fabienne CHAUDAT, Rosine FAVEX, Céline JORRION, Maëlle BELLEC, Corinne MARTIN

 

Violonniste: Florent MATON

Accordéoniste: Gabriel LEVASSEUR

Prise de son et mixage: Manuel COUTURIER

Montage: Marie LEPEINTRE

Assistante à la réalisation: Maya BOQUET