Pour le Centenaire de Marguerite Duras, FR Culture - Sur les Docks

a diffusé Ma petite misère, Marguerite Duras (1ère et 2ème partie) 

une oeuvre radiophonique de Violaine de Villers, les 17 et 18 mars 2014

 

Née en 1914, Marguerite Donadieu, dite Duras, a passé les 18 premières années de sa vie au Vietnam, dans ce qui était alors l’Indochine française. Ces années constituent une source essentielle de sa création.

Dans des textes s’échelonnant tout au long de sa vie d’écrivain, qui mêlent autobiographie et fiction, elle a revisité ce passé et son rapport à ce passé.

Elle dit dans ces textes le souvenir obsédant des gens et des paysages d’Indochine, le sentiment de déracinement qu’elle a éprouvé à son arrivée en France, la conscience confuse qu’elle eut là-bas de l’oppression coloniale qui sera au fondement de ses engagements ultérieurs.

 

Et elle évoque au cœur de ces années d’apprentissage son rapport difficile à une mère distante et abusive qui appelait Marguerite « sa petite misère ». 

 

Violaine de Villers

 

 

Violaine de Villers est autrice et réalisatrice de films documentaires et de films sur l'art. Elle est également autrice et réalisatrice d'oeuvres radiophoniques,  fiction et documentaire

 

 

 SCAM - Prix du Parcours 2019, discours prononcé lors de la remise du Prix

     Cette année, notre Prix Hommage est décerné conjointement par les répertoires audiovisuels et radiophoniques, à une actrice dont l'oeuvre les traverse tous deux. 

Violaine de Villers réalise des documentaires depuis 1981. Une oeuvre dense, qui débute sous le sceau de l'engagement politique. Dénoncer l'horeur, les racismes, les violences faites aux femmes...

Elle se tourne ensuite vers l'art et le processus de création. paradoxal ? Pas tant que ça...

L'art nous parle du monde. Violaine nous parle du monde et de l'art.

Elle compose ses récits à partir d'une recherche sur le réel, qu'elle trempe dans sa palette sensible de cinéaste. Elle le dit, son cinéma est une rencontre entre sens et sensation, il se fait autant avec l'oeil qu'avec le cerveau.

Elle aime comparer documentaire et peinture, les mêle et les emmêle, filme les oeuvres qui se font, peint avec sa caméra les humains qu'elle aime rencontrer, qui donnent sens à son travail.

Sa création est visuelle, elle est sonore aussi, avec une tout aussi riche oeuvre radiophonique.

Documentaires, fictions, là encore, elle mêle art et politique.

Processus de création quand elle trace le portrait de Marguerite Duras, engagement quand elle donne la parole à des parents détenus et leurs enfants, adapte des textes qui dénoncent le racisme ou la violence subie par des enfants.

Infatigable et exigeante, Violaine est en recherche permanente.

gageons que son oeuvre va encore s'agrandir et, qui sait, explorer d'autres horizons, d'autres domaines. Nous nous en réjouissons déjà.

     Isabelle Rey,

     pour le Comité de la Société civile des Auteurs-trices Multimédia - SCAM 

 

Bio (mis à jour 2017)

Depuis 1981 Violaine de Villers écrit et réalise des films documentaires à

portée politique et des films sur l'art. Et depuis 2001 elle réalise des oeuvres radiophoniques, des fictions et des documentaires.

L'oeuvre de Violaine de Villers nous fait voyager librement d'un univers à l'autre : de l'atelier du sculpteur ou du peintre, aux souvenirs tragiques de la déportation nazie, de la fadeur sublime de Marguerite Duras à la chaleur du groupe des Zap Mama, mais aussi au génocide rwandais, à l'immigration maghrébine, aux juifs et musulmans au Maroc... Ses films s'interrogent souvent sur la question de l'exil, du déracinement et du phénomène de double culture. Avec son dernier film Chine '87, elle renoue avec son intérêt pour la découverte des cultures de l'ailleurs et leurs fondements.

Depuis 2000, elle a réalisé plus d'une dizaine de films avec des artistes, elle filme l'art en train de se faire, regarde et donne à voir un monde qui prend forme et vie. Son film La Langue rouge sur l'oeuvre de Walter Swennen a obtenu le Prix du Film sur l'Art au Brussels Art Film Festival en 2017.

 

 

  

Filmographie en bref : 

1983 : La fadeur sublime... de Marguerite Duras. D'après un texte de M.D. "Les enfants maigres et jaunes" avec Carlos d'alessia et Michaël Lonsdale.
1984 : Place de Londres/L'ombre des couleurs
1987 : Blanc d'Espagne
1989 : Monsieur S. et Madame V. coréalisé avec JM Turine
1992 : Mizike Mama
1993 : La tête à l’envers
1996 : Revivre / Rwanda, paroles contre l'oubli
1997 : ô couleurs
1999 : Le vent de Mogador 

2003 : Filigrane (livres d'artistes)
2005 : Mon enfant, ma soeur, songe à la douleur

2007 : Mirage - La Conjuration des Couleurs - Parlons couleur

           (3 films pour le livre multimédia "L'Expérience de la Couleur")

2010 : Pierres qui roulent - Poupées-Poubelles (sculptures)

2011 : Les Familles de Marianne Berenhaut

2014 : Les Carrières de Roby Comblain

2015 : Répliques

2016 : La Langue rouge (Prix du Film sur l'Art 2017)

2017 : Chine '87, Les Autres. coréalisé avec J-P Outers

2020 : Son nom de Duras dans le Platier en ruines. coréalisé avec B. Bogousslavski. La Couleur manifeste 

 

Oeuvres radiophoniques :

2018 : Le Square - adaptation de la pièce de théâtre de Marguerite Duras avec les voix de Axel Bogousslavski et Aurore Magnier

2017 : La Cie des eaux - fiction 

2012 : Une aventure acoustique - documentaire

2011 : Le même écho - fiction 

2009 : Pères en prison. L'amour détenu - Prison, les femmes ont de la peine (2 documentaires de 50 min)

2006 : Ma petite misère, Marguerite Duras (2 x 50 min)

2003 : Histoires de-ci, histoires de-là - fiction série de 6 émissions           pour enfants

2002 : Jodi, toute la nuit - fiction

2001 : Les lettres d'un Kinois à l'oncle du village - fiction

 

Contact par mail : secondviolon@gmail.com