La Musique dans l'oeuvre de Marguerite Duras

Le programme des journées 16, 17 et 18 mai 2008

Programme officiel 2008
programme MD 08 BD.pdf
Document Adobe Acrobat [682.7 KB]
Télécharger

 Vendredi 16 mai

• 17h •

Rencontre-lecture, Bibliothèque-Médiathéque de Duras
Alain Vircondelet «La véritable histoire du Petit Prince» ed. Flammarion

• 21h •

Un texte à l’épreuve, Salle d’accueil de la mairie
Expertise de Caprice* un court roman non signé, aux accents durassiens, paru en 1944.
Lecture par Marie-Christine Barrault
suivie d’une table ronde : Dominique Noguez, Dominique Denès, Joëlle Pages-Pindon, Alain Vircondelet, Michelle Porte et Fabienne Bergeron.
Modérateur : Christian Olliet. Débat.
* Ce serait un roman de Marguerite Duras inconnu de nous jusqu’à aujourd’hui.
« Il y a eu aussi tous ces romans que nous avons faits pendant la guerre, une bande de jeunes, jamais retrouvés non plus, écrits pour acheter du beurre au marché noir, des cigarettes, du café » Avant propos de Outside.


Samedi 17 mai

La journée sera consacrée à la musique dans l’oeuvre de Marguerite Duras.

de 10h à 12h puis de 14h à 18h salle d’accueil de la mairie
Conférences, projections, lectures, morceaux choisis de musiques :


• 10h •

Projection du film de Michelle Porte "Les Lieux" (première partie) en présence de la cinéaste. Témoignage de Michelle Porte : « L’importance de la musique de Carlos d’Alessio dans le cinéma de Duras ». Ecoute du document "Un vague extrêmement précis".
• 14h30 •

 Conférence de Dominique Denès, universitaire :
«Le chant, la chanson, l’enchantement de Marguerite Duras ».
• 16h15 •

 Conférence de Joëlle Pagès-Pindon, universitaire : « La musique, mémoire du corps ».
• 18h •

ThéâtreUn Barrage contre le Pacifique, salle des Maréchaux.
interprété par une jeune troupe du Lycée Lamartine à Paris sous la direction de David Géry metteur en scène et de Nicole Caillon professeur de Lettres.
« C’est chaque année une gageure de trouver le projet qui pourra intéresser des adolescents pendant une année, ne pas décevoir leur attente, ne pas tarir leur désir d’une chose qu’ils sont venus chercher, qu’ils ne connaissent pas mais dont ils devinent la force. En réalité, la règle se révèle toujours la même : choisir un grand auteur, un grand texte, et les embarquer,voyager avec eux dans ce monde, dans cette langue qu’ils ne connaissent pas et qu’ils vont s’approprier au point de n’avoir qu’une envie, la transmettre à d’autres.Avec Marguerite Duras et Le Barrage contre le Pacifique, nous aurons
voyagé de plusieurs manières : entre la France et l’Indochine, entre sa vie et son oeuvre, entre son théâtre et ses romans, et pour finir, nous voilà à Duras, presque chez elle … »
Nicole Caillon


 21h • Spectacle Paroles et musiques, salle des Maréchaux

Première partie : Ami Flammer violoniste ( proche de Marguerite
Duras compositeur des musiques de trois de ses films) et Astrid Bas
Récitante présenteront un florilège de textes de Marguerite Duras
mis en musique.

 

Deuxième partie : Lectures musicales sur une idée originale de
Marie-Christine de Launey pianiste avec l’amicale participation de
Alain Vircondelet Récitant. Au programme, Bach, Chopin, Mozart,
Schubert, Beethoven, d’Alessio… Textes de Marguerite Duras.

 

Dimanche 18 mai

• 10h à 18h • Salon des Livres rassemblera  éditeurs, libraires et auteurs autour de l’actualité littéraire régionale et nationale. Les librairies :
Libellule de Marmande, L'hirondelle de Le Nizan et Maison de la Presse de Duras. Les éditeurs régionaux présents ou représentés :
Fédérop, Le Greffier, Finitude, Loubatière, Le Solitaire, Les Amis de la poésie, Le Festin, Les Amis du vieux Nérac, Confluences, Utovie,  La Lauze, Clairac éditeurs, Editions Fragile, Pleine Page.

 

                  • Rencontres d’auteurs
Nicole Malinconi
  à propos de son dernier ouvrage « Vous vous appelez Michelle Martin » publié chez Denoël. Hommage à Claire Benedetti  présenté par Annie Delpérier et Chantal Detcherry.  Publication de TRADUCTORIES éd. Les Amis de la Poésie. Rencontre avec Chantal Detcherry et Philippe Vercaemer à propos de leur livre à quatre mains : "Une racine entre deux pierres. Le Népal" ed. Fédérop, présentés par Jean-Marc Benedetti.


                  • Dédicaces des auteurs sur les stands des libraires et des éditeurs : François Barat , Jérôme Beaujour, Chantal Chawaf, José Corréa, Chantal Detcherry, Mylène Fondecave, Nicole Malinconi, Dominique Noguez, Joëlle Pagès-Pindon, Michelle Porte, Michel Rey, Raphaël Sorin, Michel Suffran, Philippe Vercaemer, Alain Vircondelet.

                  • Remise du Prix Marguerite Duras, (7ème édition) par le Président du Conseil  Général de Lot-et-Garonne initiateur du prix en présence des membres du jury.

 

Exposition :  Les Rencontres de Duras : 11 années d'affiches.

 

Biographies

Claire Benedetti
 Naît à Eymet le 18 mai 1950, elle s’absente le 30 juillet 2006. Elle a eu une activité de traductrice de poésie portugaise, d’auteur de livres d’enfants. Elle participait à de nombreuses activités liées à la lecture et à l’écriture. Elle aimait les voyages, la littérature et la photographie. Elle aurait (sans doute) répondu ainsi à quelques questions du questionnaire de Proust (rempli par son mari JM Benedetti) Le principal trait de mon caractère : l’intranquillité. La qualité que je désirais chez un homme : la fidélité. La qualité que je désirais chez une femme : l’absence de peurs. Ce que j'appréciais le plus chez mes amis : l’humour. Mon occupation préférée : vivre dans la littérature.
Mon rêve de bonheur : un livre, des livres. Quel était mon plus grand malheur : être loin de ceux que j’aime. Ce que je voulais être : une écrivaine. Le pays où je désirais vivre : voyage, voyages. La fleur que j'aimais : le lotus. Mes auteurs favoris en prose : Bruce Chatwin, Herman Melville, M.Duras. Mes poètes préférés : Ceux que j’ai traduits. Mes héros dans la fiction : ceux que je n’ai pas pu inventer. Mes héroïnes favorites dans la fiction : celles que je n’ai pas pu inventer. Mes compositeurs préférés : Bach, Marin Marais. Mes héros dans la vie réelle : mes enfants. Ce que je détestais pardessus tout : l’hypocrisie. Le don de la nature que je voudrais avoir :
être une écrivaine.

 

Jean-Marc Benedetti
 Professeur de lettres. A longtemps travaillé à l’étranger comme professeur, formateur de professeurs de français et attaché culturel : Mauritanie, Togo, Maroc, Portugal, Grèce. Publie un premier roman chez Grasset Demain, je m’enfuis de l’enfer. Travaille actuellement à un manuscrit sur le roman familial Italien, ancré dans la région et en Italie. Grand voyageur, il se tourne aujourd’hui surtout vers l’Asie : Inde, Chine, Népal. Il s’intéresse à la spiritualité bouddhiste. C’est dans ce cadre qu’il a pu effectuer deux voyages dans la vallée de Katmandu, dont l’un en compagnie de Chantal Detcherry et Philippe Vercaemer.

 

Chantal Detcherry
 Enseigne la littérature française à l’Université Michel de Montaigne de Bordeaux. Elle est l’auteur de romans, de poésies, et de textes de voyage, dont notamment « Dans la main de l’Inde » et « Saisons de sable » (éditions fédérop)

 

Nicole Malinconi
 « Vous vous appelez Michelle Martin » Editions Denoël D’origine italienne, vit à Namur en Belgique.
Elle est l’auteur de nombreux ouvrages, dont le livre-témoignage Hôpital Silence (1985), avec une préface élogieuse de Marguerite Duras, et, tout récemment, le roman Au bureau (2007).
Elle a obtenu en 1993 le prix Rossel. « Vous vous appelez Michelle Martin. Vous êtes détenue à la prison de Namur, en Belgique, depuis 1996. Condamnée à trente ans de réclusion criminelle.Cette année-là, les journaux et les télévisions d’Europe et peut-être d’au-delà ont rendu votre nom indissociable de celui de Marc Dutroux, alors votre mari »
Ainsi commence ce texte de Nicole Malinconi. Il a été inspiré à l’auteur par des rencontres régulières
avec Michelle Martin en 2006 et 2007, dans la prison où elle purge sa peine pour complicité de viol et de
séquestration, avec dans un cas, celui des jeunes Julie et Mélissa, des « circonstances aggravantes ayant entraîné la mort ». C’est, au départ, Michelle Martin, qui a souhaité parler avec un écrivain afin d’évoquer un projet de livre encore imprécis.
Les entretiens qui ont suivi ont conduit  Nicole MALINCONI à rédiger ce texte très personnel, à partir des propos échangés au cours de leurs rencontres Et en particulier à partir de cette interrogation centrale maintes fois évoquée : jusqu’où une femme peut-elle se laisser contraindre par un homme a accomplir fût-ce par défaut, des actes monstrueux ? En résulte un texte sobre, précis, plein de retenue,
mais qui affronte de face, à partir d’une histoire singulière, des questions radicales touchant à ce qui fait le propre de l’humain et de l’inhumain. En tête de livre Nicole Malinconi expose, comme une réponse, une phrase de Robert Antelme tirée de l’Espèce humaine : « … Il n’y a pas d’ambiguïté, nous restons des hommes, nous ne finirons qu’en hommes. »

 

Dominique Noguez
 Normalien, agrégé de philosophie et docteur d'Etat. Passionné de cinéma expérimental. Écrivain, essayiste. Proche de Marguerite Duras, il a avec elle des entretiens sur son cinéma vidéographiés en 1983, réédités actuellement en CD avec les films correspondants, et dont le texte a été publié en 2001 aux éditions Benoît Jacob sous le titre « La Couleur des mots ». Dominique Noguez écrit "humour c'est amour.." et n'en manque pas : Il obtient le prix Femina en 1997 pour son roman Amour noir Gallimard et le Grand Prix de l'Humour noir en 1999 pour
Cadeaux de Noël, Zulma. En 2002, il publie "Comment rater complètement sa vie en onze leçons" (Éd. Payot & Rivages) ; en 2006 "Dans le bonheur des villes : Rouen, Bordeaux, Lille" (Éd. du Rocher) et, en 2008, "Oeufs de Pâques au poivre vert" (Éd. Zulma). Il prépare un nouveau livre sur Marguerite Duras.

 

Fabienne Bergeron
 Fabienne Bergeron a quitté Paris et son métier de chef monteuse,pour vivre à Trouville-sur-Mer. C’est vers son appartement des Roches Noires, face à la mer, qu’elle «s’évadait» dans les années 80  et qu’elle aimait y retrouver Outa et ses amis,Marguerite et Yann. Elle est conceptrice et organisatrice de
L’hommage à Marguerite Duras qui a lieu à Trouville chaque premier week-end d’Octobre depuis 1996.
Elle est membre du jury de Prix Marguerite Duras.

 

Annie Delpérier
 Originaire du Périgord. Annie Delpérier, développe, depuis ses premiers poèmes en 1951, une activité considérable au service de la poèsie et des poètes. Conférencière et auteur de nombreux articles et essais, elle collabore à plusieurs revues et publie plusieurs études ( à paraitre bientôt Ken Logan, un canadien en Périgord ). Présidente depuis 1987 de la Sté des Amis de la Poèsie de Bergerac elle organise soirées poésies, réunions, spectacles, conférences et un concours international de poèsie ouvert aux amateurs de langue française et trois journées de poèsies à Bergerac le second week-end de juin : Rencontres, expositions, marché de la poèsie, récitals, remise du prix. Elle dirige depuis 1987 la revue trimestrielle La toison d'or, poèmes, essais, articles, entretiens. Elle créé en 1992 la collection poètique Le Poèmier de plein vent et sa variante en 2003 Le Poèmier des succulences. Elle produit depuis 1988 une émission de radio bi-mensuelle sur radio-Bergerac 95 : la fête poètique, au micro de laquelle se succèdent des auteurs, des éditeurs des artistes. Certains de ces entretiens
sont publiés dans la Toison d'or ou le Poèmier de plein vent sous le titre Conversation dans un jardin.

 

Dominique Denès
 Agrégée de lettres modernes et maître de conférences à l'Université de Nancy II, auteur de "Etude sur Marguerite Duras, l'Amant", "Etude Sur Nathalie Sarraute, Enfance" "Adolphe De Benjamin Constant" collection Résonances ed. Ellipses Marketting, et "Marguerite Duras : Ecriture et Politique" ed L'harmattan. Spécialiste de Marguerite Duras, Dominiques Denès participe à de nombreux colloques :"Marguerite Duras - Marges et Transgressions, Actes du Colloque des 31 mars, 1er et 2 avril 2005 Université de Nancy -Ufr de lettres Presses Universitaires de Nancy "Une oeuvre trouée en son centre " colloque d'Agen 26 avril 2006, Marguerite Duras, une enfance en Lot-et-Garonne. actes du colloque à paraître.

 

 Christian Olliet
 Libraire en livres anciens depuis toujours,il a découvert Caprice* après deux années de recherche ciblée. Christian Olliet écrit aussi des contes pour enfants qu’il graphe, dessine, illustre un à un, harmonisant corps du livre et contenu avec une imagination débordante de liberté.  « Le lérot de cette histoire », « Loup phoque Story », « Le voyage d’Ali Homme tapis » « Autour de la terre en 26 lettres »

 

Joëlle Pagès-Pindon
 Agrégée de Lettres classiques, Professeur de Chaire Supérieure (Khâgne classique à Janson de Sailly, Paris), elle est aussi écrivain, spécialiste de Marguerite Duras, et poète.
Coauteur de plusieurs manuels de langue et de littérature aux éditions Nathan, elle a également publié des textes poétiques dans les revues Midi, Triages, Encres vagabondes, Passage d’encres et Le Frisson esthétique.
Auteur de Marguerite Duras (Editions Ellipses, 2001),  elle a  collaboré au Cahier de l’Herne Duras, ainsi qu’au DVD du film de Michelle Porte, L’Après-midi de Monsieur Andesmas (interprété par Michel Bouquet et Miou-Miou, Production MK2).


Michelle Porte
 Scénariste et Réalisatrice . Michelle Porte a écrit et réalisé de nombreux documentaires pour la télévision , notamment, pour l’INA en 1976 « Les lieux de Marguerite Duras » et en 1984  « Savannah Bay, c’est toi » film de la préparation de la pièce de théâtre avec Madeleine Renaud et Bulle Ogier en présence de Yann Andréa et Marguerite Duras au théâtre du Rond Point à Paris. Elle a été également l’assistante de Marguerite Duras sur plusieurs films. « Un après-midi de Mr Andesmas » est son premier long métrage. Michel Bouquet et Miou-miou dans les rôles principaux.« Les lieux de Marguerite Duras » livre  d’entretiens qui reprend les textes des émissions de télévision est publié aux éditions de Minuit en 1978.

 

Marie-Christine Barrault
 Après des débuts à la télévision, elle entame une carrière au théâtre en 1965 dans des textes de Max Frish, Corneille, Sarraute, Claudel, Tchekhov, O’Neil, Marguerite Duras, sous la conduite de metteurs en scène exigeants. Son entrée au cinéma se fait sous la direction d¹Eric Rohmer dans «Ma nuit chez Maud» avant d¹être l¹inoubliable interprète de «Cousin, cousine» de Jean-Charles Tacchella qui lui permet d¹être nommée pour l¹Oscar de la meilleure actrice de l¹année 1976. Elle alterne alors le théâtre, le cinéma et la télévision où elle incarne des personnages forts, adaptés de la littérature et de la réalité tels que Marie Curie ou jenny Marx. Elle a créé un spectacle de chansons, «L’Homme Rêvé», au Théâtre des Bouffes du Nord à Paris et en tournée, et fait paraître un livre chez Robert Lafont, «Le Cheval dans la Pierre».
Elle aime de plus en plus travailler en compagnie de musiciens sur des spectacles de toute sorte mêlant musique et texte.

 

Astrid Bas
 Elève du Conservatoire National Supérieur d'Art Dramatique de Paris puis de Strasbourg. Depuis 1995 elle multiplie les rôles dans des pièces deFassbinder, Schnitlzer, Maeterlink, Shakespeare, Kroets, Dextre, Tchékov, Krysta Wolf, Horiza Hirata...; et en 2004 dans «Ecrire, Roma», d'après Marguerite Duras. Parallèlement elle intervient au cinéma dans «Pas de scandale» de Benoît Jacquot; «Sans lui sans doute» de Shiri Tsur; «Fleur à la bouche» d'Arnaud Viard; «Album de famille» de Shiri Tsur. A la télévision elle collabore avec François Berléand dans «Le Bureau», une série pour Canal+ ainsi que dans «Marie Bonaparte» de Benoît Jacquot.

 

Nicole Caillon
 L’option théâtre du lycée Lamartine (Paris) est dirigée par Nicole Caillon, professeur agrégée de lettres. Le théâtre de la Commune, Centre dramatique National d’Aubervilliers est depuis dix ans son partenaire artistique : il assure la formation des élèves par l’intermédiaire de ses comédiens et metteurs en scène, et accueille chaque année pour deux soirées consécutives le travail des élèves.
« C’est chaque année une gageure de trouver le projet qui pourra intéresser des adolescents pendant une année, ne pas décevoir leur attente, ne pas tarir leur désir d’une chose qu’ils sont venus chercher, qu’ils ne connaissent pas mais dont-ils devinent la force. En réalité, la règle se révèle toujours la même : choisir un grand auteur, un grand texte, et les embarquer, voyager avec eux dans ce monde, dans cette langue qu’ils ne connaissent pas et qu’ils vont s’approprier au point de n’avoir qu’une envie,la transmettre à d’autres.
Avec Marguerite Duras et Le Barrage contre le Pacifique, nous aurons voyagé de plusieurs manière : entre la France et l’Indochine, entre sa vie et son œuvre, entre son théâtre et ses romans, et pour finir,
nous voilà à Duras, presque chez elle … »

 

 

Galerie Photos